Pourquoi les jeux en braille sont ils si chers ?

En fondant l’association, nous avions une chose en tête : faire baisser le prix des jeux adaptés. Il faut dire que quand on est non-voyant, on passe sa vie à acheter des outils permettant de rendre le quotidien plus accessibles à des prix exorbitants (balance parlante, synthèse vocale, télé-agrandisseur, etc…)

logouno-brailleAprès quelque mois d’activité et après avoir fait le tour de l’offre en matière de jeux adaptés, nous avons pu identifier clairement les principaux acteurs du marché, fabricants et revendeurs. Il nous est arrivé d’entendre lors de salons dédiés à l’autonomie ou de soirées jeux avec des non-voyants « Heureusement que vous êtes là car on en a marre du handicap-business » ! C’est une réaction que je comprends tout à fait pour les raisons citées plus haut. Ceci dit, il faut rétablir une vérité : Les jeux avec du braille résine de très belle qualité comme le propose l’imprimerie Tom’s 3D ne peuvent pas coûter moins cher à fabriquer, du moins à l’heure actuelle. L’imprimeur achète lui-même les boîtes en grande surface, il y a ensuite le coût de la matière résine déposée sur les cartes (parfois en très grande quantité) et les heures de travail passées sur un seul exemplaire du jeu, la gravure du CD de règles, les éléments en braille additionnels (dés, aides de jeu…), le reconditionnement dans une nouvelle boîte puisque l’épaisseur du braille empêche de ranger le jeu dans la boîte d’origine, le cellophanage… Bref, voici comment on arrive à un jeu de Scrabble à 95€ dans les boutique AccessiJeux, CECIAA ou AVH… et croyez-nous, la marge de Tom’s 3D est vraiment minime.

mains1Nous à AccessiJeux, nous faisons une marge de 0€ sur leurs jeux (Scrabble, Tic Tac Boum, 54 cartes, Tarot, Uno, 1000 Bornes…) mais nous les proposons dans notre boutique car il est important pour nous qu’on continue à adapter des jeux en braille et aussi que les braillistes puissent se faire plaisir une fois de temps en temps en s’achetant un beau jeu bien adapté. Si pour les particuliers il s’agit d’un bel investissement, gageons que pour les structures type SESSAD ou IME s’occupant de personnes non-voyantes il ne s’agit pas d’un achat à un coût rédhibitoire.

Nous, nous avons choisi d’adapter les jeux avec des repères tactiles qui ne sont pas en braille car il y a beaucoup plus de déficients visuels non-braillistes que braillistes (10 000 braillistes en France pour 2 millions de déficients visuels). Notre démarche est donc complémentaire à celle de Tom’s 3D. AccessiJeux a fait le nécessaire auprès des principaux éditeurs de jeux pour avoir un statut de revendeur et donc être considéré comme une boutique en ligne traditionnelle. Ceci implique que nous leurs achetons les jeux (non adaptés) avec une remise sur le prix hors taxe allant de -20% à -40% selon les éditeurs. La plupart font même des efforts particuliers pour AccessiJeux. Le prix public du jeu, lui ne peut être radicalement inférieur aux autres boutiques. On se ferait tomber dessus par tout le monde et même les valides viendraient acheter leurs jeux chez nous ! Nous nous alignons donc sur eux (Philibert, Ludocortex…) et tâchons d’utiliser la marge que récupère habituellement une boutique et qui lui sert à payer son loyer et ses employés pour acheter le matériel qui nous permet d’adapter les jeux : aimants, pions aimantés, dés tactiles, stylos relief, stickers relief, etc… Nous avons la chance d’avoir des bénévoles et un bureau mis gracieusement à notre disposition par Mme Baratti-Elbaz, Maire du 12e.

Voici donc ce qui explique les différences de prix entre les jeux que nous adaptons avec nos techniques très artisanales et nos bénévoles, et les jeux adaptés en imprimerie par Tom’s 3D. Nous avons toujours pour mission de rendre les jeux accessible à des prix abordables et nous allons nous employer à développer nos partenariats avec les éditeurs et nos fournisseurs pour tenter de réduire les coûts de fabrication là où ce sera faisable, mais en attendant, vous savez désormais que personne ne cherche à s’enrichir démesurément sur votre dos !